Magnétiseur Naturopathe
Get Adobe Flash player

Monthly Archives: January 2013

1 2 3 45

Piment des jardins

Jouissant de propriétés digestives, antiseptiques et stimulantes de l’estomac, le Piment est souvent utilisé comme condiment, surtout dans certaines cuisines exotiques.

C’est du Piment de Hongrie (ou Paprika) que Szent-Györgyi et Svierberly ont extrait pour la première fois la vitamine C à l’état cristallisé (1927-1932).

Pendant longtemps, le Paprika avec ses 200 mg par kilo d’acide ascorbique, fut la seule source de préparation de la vitamine C, avec le jus de Citron et les feuilles fraîches de Tomate.

Toutefois, étant donné la violence de sa saveur âcre et brûlante, on n’utilise guère le Piment pour l’usage interne médical, bien qu’il est été conseillé dans la goutte, la dysenterie, la paralysie, les hémorroïdes, les hémorragies utérines.

Par contre ses propriétés révulsives et rubéfiantes son mise à profit dans ses sinapismes, liniments, et onguent pharmaceutiques utilisés contre les lumbagos, les névralgies, les rhumatismes, et contre les incidents de l’effort sportif : crampes, élongations musculaires, entorses, foulures. Le Piment forme aussi la base des cotons révulsifs, dits « thermogènes ».

[wptab name=’Description’]Famille des SolanacĂ©es.

Ses surnoms sont fort nombreux : Piment rouge, Piment enragé, Capsique, Poivre de Guinée, d’Inde, de Turquie ou d’Espagne, Corail des jardins, Piment ou Poivre de Cayenne, Chillies.

Originaire, sans doute, d’Amérique, le Piment fut introduit en Angleterre en 1548 et décrit pour la première fois par Clusius sous le nom de Siliquastrum. Il ne tarda pas à être cultivé en Hongrie et en Espagne.[/wptab]

[wptab name=’Utilisation’]Interne

Le Piment est commercialisé en teinture alcoolique, poudre, pilules.

Décoction. 1 à 4 g par litre d’eau. Le Dr Cazin en faisait prendre 1 ou 2 tasses par jour, au milieu des repas.

Externe

Décoction. Elle peut s’utiliser en gargarismes dans l’aphonie par fatigue des cordes vocales.

Contre l’angine, on applique sur la gorge des Piments tiédis à l’eau chaude, qu’on maintient avec une enveloppe : surveiller la réaction de la peau.

Macération du Piment dans l’alcool ; elle est recommandée en frictions stimulantes contre la chute des cheveux.

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Digestif
  • Antiseptique
  • Stimulant
  • RĂ©vulsif
  • RubĂ©fiant
  • Thermogène

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

Jouissant de propriétés digestives, antiseptiques et stimulantes de l’estomac, le Piment est souvent utilisé comme condiment, surtout dans certaines cuisines exotiques.

C’est du Piment de Hongrie (ou Paprika) que Szent-Györgyi et Svierberly ont extrait pour la première fois la vitamine C à l’état cristallisé (1927-1932).

Pendant longtemps, le Paprika avec ses 200 mg par kilo d’acide ascorbique, fut la seule source de préparation de la vitamine C, avec le jus de Citron et les feuilles fraîches de Tomate.

Toutefois, étant donné la violence de sa saveur âcre et brûlante, on n’utilise guère le Piment pour l’usage interne médical, bien qu’il est été conseillé dans la goutte, la dysenterie, la paralysie, les hémorroïdes, les hémorragies utérines.

Par contre ses propriétés révulsives et rubéfiantes son mise à profit dans ses sinapismes, liniments, et onguent pharmaceutiques utilisés contre les lumbagos, les névralgies, les rhumatismes, et contre les incidents de l’effort sportif : crampes, élongations musculaires, entorses, foulures. Le Piment forme aussi la base des cotons révulsifs, dits « thermogènes ».

[wptab name=’Description’]Famille des SolanacĂ©es.

Ses surnoms sont fort nombreux : Piment rouge, Piment enragé, Capsique, Poivre de Guinée, d’Inde, de Turquie ou d’Espagne, Corail des jardins, Piment ou Poivre de Cayenne, Chillies.

Originaire, sans doute, d’Amérique, le Piment fut introduit en Angleterre en 1548 et décrit pour la première fois par Clusius sous le nom de Siliquastrum. Il ne tarda pas à être cultivé en Hongrie et en Espagne.[/wptab]

[wptab name=’Utilisation’]Interne

Le Piment est commercialisé en teinture alcoolique, poudre, pilules.

Décoction. 1 à 4 g par litre d’eau. Le Dr Cazin en faisait prendre 1 ou 2 tasses par jour, au milieu des repas.

Externe

Décoction. Elle peut s’utiliser en gargarismes dans l’aphonie par fatigue des cordes vocales.

Contre l’angine, on applique sur la gorge des Piments tiédis à l’eau chaude, qu’on maintient avec une enveloppe : surveiller la réaction de la peau.

Macération du Piment dans l’alcool ; elle est recommandée en frictions stimulantes contre la chute des cheveux.

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Digestif
  • Antiseptique
  • Stimulant
  • RĂ©vulsif
  • RubĂ©fiant
  • Thermogène

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

HE Valériane japonaise ou Kesso

Indications (VT +) :

  • NeurasthĂ©nie, agitation
  • Tachycardie
  • Fièvre

Contre-indications : Mal connues

.

[wptab name=’Description’]Famille des ValĂ©rianacĂ©es

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisĂ©es : Racine

  • Monoterpènes : (-)-alpha-pinène, (-)-camphène, limonène
  • Sesquiterpènes : azulène
  • Alcools : alpha-terpinĂ©ol, al. kessylique
  • Esters : acĂ©tate et isovalĂ©rate de (-)-bornyle, ac. de kessyle
  • AldĂ©hydes : valĂ©rald. ( ?)
  • Acides : ac. acĂ©tique et isovalĂ©rique

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • SĂ©dative, tranquillisante +++
  • Hypothermisante +

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

HE Pin des montagnes

Indications (VT +) :

  • Sinusite, bronchite +, pleurĂ©sie, tuberculose
  • CholĂ©cystite, lithiase biliaire ++
  • Dermatoses diverses
  • Impuissance

Contre-indications : Aucune connue aux doses physiologiques

[wptab name=’Description’]Famille des AbiĂ©tacĂ©es

Le Pin des montagnes est une espèce de Conifères . Endémique aux montagnes d’Europe, il pousse à l’étage subalpin des sierras espagnoles, des Pyrénées, des Alpes, du Jura, des Apennins, des Tatras, des Sudètes, des Carpates et des Balkans, mais peut descendre jusqu’à 200 mètres d’altitude en Europe Centrale.

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisĂ©es : Aiguilles

  • Monoterpènes (% Ă©levĂ©) : (-)-alpha-pinène, pinène, (-)-limonène, (-)-phelandrène, delta-3-carène
  • Sesquiterpènes : divers
  • MonoterpĂ©nols : bornĂ©ol (0,5-1%)
  • Esters terp. : acĂ©tate (4-10 %), propionate et caproate de (-)-bornyle
  • SesquiterpĂ©nols : “pumiliol”

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Anti-infectieuse, antiseptique aĂ©rienne et pulmonaire +, antibact. (inconst.)
  • Anti-inflammatoire lĂ©gère
  • Litholytique ++
  • Antiarthrosique
  • Hormon-like ( ?)

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

HE Fenouil doux

Indications (VT +) :

  • AmĂ©norrhĂ©e et oligomĂ©norrhĂ©e +++, règles irrĂ©gulières, douleurs menstruelles, prĂ© mĂ©nopause, mĂ©nopause
  • Dyspepsies, gastralgie, colite spasmodique, entĂ©ralgie, aĂ©rophagie, mĂ©tĂ©orisme, flatulences, indigestion, parasitoses
  • Fausse angine de poitrine, palpitations, Ă©rĂ©thisme cardio-vasculaire, cardialgie
  • DyspnĂ©e d’origine nerveuse, asthme, bronchite asthmatiforme, congestion pulmonaire ++
  • Paralysie, douleurs lombaires, spasmophilie

Contre-indications : Jeune enfant, enfant, grossesse

[wptab name=’Description’]Famille des ApiacĂ©es

On l’appelle Ă©galement : aneth doux, fenouil de Provence

Le fenouil doux est une plante annuelle, cultivĂ©e pour le renflement bulbeux et charnu de ses feuilles imbriquĂ©es les unes dans les autres. Il ressemble au fenouil commun, est de la mĂŞme espèce, mais c’est une plante plus petite avec une tige bulbeuse Ă  la base, un peu comme celle du cĂ©leri.

Parfum : doux, rappelant l’anis, piquant
Action énergétique : yang
Planète dominante : Mercure
[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisĂ©es : Herbes & Fleurs

  • Monoterpènes : alpha-pinène (3,8-4,8%), limonène (3,5-18% et jusqu’Ă  29%)
  • MonoterpĂ©nols : fenchol (3,2%)
  • PhĂ©nols mĂ©thyl-Ă©thers : chavicol M.E. (2,8-4 %), cis-anĂ©thole (0,3-0,5 %), trans-anĂ©thole (52-70 %)
  • AldĂ©hydes : anisaldĂ©hyde (tr.-0,1%)
  • CĂ©tones : fenchone (0,3-2,6%), camphre (0,3%), anicĂ©tone (tr.)
  • Oxydes : 1,8-cinĂ©ole (tr.-6,5%)
  • Coumarines et furocoumarines : ombellifĂ©rone, aesculĂ©tine, bergaptène, sĂ©seline, psoralène

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Positivante puis nĂ©gativante
  • Oestrogen-like +++, emmĂ©nagogue, facilite la dĂ©livrance, galactogène (augmentation de la sĂ©crĂ©tion lactĂ©e)
  • Antispasmodique neuromusculaire, modificatrice rĂ©flexe du SNC et de la moelle Ă©pinière, d’oĂą rĂ©solution musculaire et analgĂ©sie, stupĂ©fiante lĂ©gère, psychoactive +++, antalgique
  • Carminative ++, stomachique, tonique apĂ©ritive (augmentation lĂ©gère des sĂ©crĂ©tions digestives)
  • Cholagogue, cholĂ©rĂ©tique
  • Tonique et stimulante (Ă  faible dose), cardiotonique, tonique respiratoire
  • Antiseptique, bactĂ©ricide (mĂ©n.) vermifuge

[/wptab]
[wptab name=’BeautĂ©’]

Esthétique

Les phytohormones qu’il contient on une action stimulante sur la peau, contre les rides en cas de peau terne, brouillée ou grasse.
Il se combine bien avec les essences telles que le genièvre ou le cyprès dans des massages lymphodrainants contre la cellulite ou les œdèmes.

Indications

Il combat les effets toxiques de l’alcool sur l’organisme : 1 ou 2 gouttes en massage sur les tempes soulagent les maux de tête suivant un abus de boissons alcoolisées.

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

Capucine (Grande)

C’est la “fleur sanguine du PĂ©rou” introduite en Europe au dĂ©but du XVIIème siècle, et toujours admirĂ©e depuis pour l’Ă©lĂ©gance de sa fleur en forme de corne.
Au XVIIIème siècle, on considĂ©rait la Capucine comme propre Ă  faire venir les règles. On connaissait aussi ses vertus antiscorbutiques, prĂ©cieuses au temps de la marine Ă  voile oĂą sĂ©vissait le scorbut : cela n’a rien d’Ă©tonnant puisqu’on a dosĂ© 285 mg de vitamine C dans 100 g de feuilles fraĂ®ches.

TombĂ©e ensuite dans l’oubli, c’est Cartheuser, en 1805, qui la rĂ©habilita en lui attribuant diverses vertus thĂ©rapeutiques : diurĂ©tiques, laxatives, pectorales, anthelminthiques. Il jugea aussi la “fleur d’amour” aphrodisiaque et capable d’aiguiser l’appĂ©tit vĂ©nĂ©rien. Le Dr Leclerc, de son cĂ´tĂ©, mit l’accent sur les propriĂ©tĂ©s expectorantes de la Capucine, qui fluidifie les sĂ©crĂ©tions bronchiques. Il la recommande contre la bronchite chronique et l’emphysème, oĂą elle agit vraisemblablement comme les autres vĂ©gĂ©taux Ă  essence sulfurĂ©e (Ail, par exemple). Cette richesse en soufre fait aussi de la Capucine une plante Ă  utiliser dans la prĂ©vention des troubles de la sĂ©nescence et par ceux qui veulent “vivre jeunes et longtemps” (Pr LĂ©on Binet).
Le Dr Leclerc et le Dr Cazin conseillent, d’autre part, les fruits mĂ»rs pour leurs propriĂ©tĂ©s laxatives et purgatives.
Enfin, la Capucine est la “plante Ă  cheveux” par excellence, recommandĂ©e en lotion capillaire contre la chute des cheveux par Leclerc et J. Brel.

[wptab name=’Description’]Famille des TroaĂ©olacĂ©es

On l’appelle aussi Cresson du PĂ©rou, Cresson d’Inde.

Avec ses fleurs aux vives couleurs, jaunes, rouges ou pourpres, la Capucine, qu’elle soit rampante ou grimpante, est une des plantes ornementales les plus cultivĂ©es dans nos jardins.

[/wptab]
[wptab name=’Utilisation’]Interne

Salade. On peut mettre Ă  profit les qualitĂ©s Ă  la fois alimentaire et thĂ©rapeutiques de la Capucine en utilisant la fleur pour orner les salades, qu’elle corse de son accent un peu poivrĂ© Ă©voquant le Cresson. Potage vitaminĂ©. Associer pommes de terre et feuilles de “Cresson d’Inde”. Confits au vinaigre. Boutons floraux et jeunes fruits peuvent remplacer les Câpres, ainsi que le conseillait dĂ©jĂ  l’abbĂ© Rozier dans son “Cours complet d’agriculture” paru en 1785.

DĂ©coction. 15 Ă  30 g de feuilles par litre d’eau. En ce qui concerne les propriĂ©tĂ©s laxatives de la Capucine, on peut soit utiliser les fruits dessĂ©chĂ©s Ă  la dose de 0,60 g Ă©crasĂ©s avec du sucre ou mĂŞlĂ©s Ă  du miel (Dr Cazin), que l’on prend avant le repas du soir, soit prendre 1 Ă  3 cuillerĂ©es Ă  cafĂ© de fruits frais, conservĂ©s en les triturant avec 3 fois leur poids de sucre.

Alcoolature. Faire macĂ©rer des feuilles fraĂ®ches tassĂ©es dans le mĂŞme volume d’eau de vie blanche pendant 15 jours. Après avoir filtrĂ©, on conserve en bouteille et on prend une cuillère Ă  cafĂ© 3 fois par jour. L’avantage de l’alcoolature est de permettre de suivre le traitement en toute saison.

Externe

DĂ©coction. Une poignĂ©e de fleurs, feuilles et fruits peut servir en gargarismes et bains de bouche contre le dĂ©chaussement des dents. Lotion capillaire. On peut soit se servir de l’alcoolature, soit encore utiliser la formule de Dr Leclerc : hacher 100 g de feuilles, fleurs et semences fraĂ®ches de Capucine avec 100 g de feuilles fraĂ®ches d’Ortie et 100 g de feuilles fraĂ®ches de Buis. Faire macĂ©rer 15 jours dans un 1/2 l d’alcool Ă  90°. Passer et parfumer Ă  l’essence de GĂ©ranium. Employer en frictions journalières du cuir chevelu, appliquĂ©es avec une brosse rude.

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Antiscorbutique
  • DiurĂ©tique
  • Laxative
  • Pectorale
  • Anthelminthique
  • Aphrodisiaque
  • Expectorante
  • Purgative

[/wptab]
[wptab name=’BeautĂ©’]

Esthétique

La capucine est utilisée comme tonique du cuir chevelu, soit en shampooing, où les propriétés de la plante sont associées à celles du bouleau, soit en lotion, associée à l’ortie.

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

HE Pin maritime dit “tĂ©rĂ©benthine des Landes”

Indications (VT +) :

  • Infection catarrhale respiratoire ++
  • AsthĂ©nie, lipothymie +++
  • Base pour le « Bol d’air Jacquier » ++++

Contre-indications : Usage interne (sauf aérosols) ; usage externe (allergie possible)

[wptab name=’Description’]Famille des AbiĂ©tacĂ©es

On l’appelle Ă©galement : pin des Landes, pin de Corte ou pin mĂ©sogĂ©en

Cet arbre apprĂ©cie une exposition en plein soleil, dans un sol ordinaire mais toujours non calcaire. Il prĂ©sente par contre une bonne adaptation aux sols acides et pauvres (podzols, sables dunaires), voire Ă  l’hydromorphie (pour les individus de provenance aquitaine); il prĂ©fère les sols profonds, bien drainĂ©s, sur lesquels la croissance est plus rapide. Ses habitats types en France sont les bois mĂ©diterranĂ©ens sempervirents, les landes de Gascogne, et les zones sableuses en gĂ©nĂ©ral.

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisĂ©es : OlĂ©orĂ©sine

  • Monoterpènes : (-)-alpha- et beta-pinènes (63 % et 27 %)

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Anticatarrhale, expectorante +++
  • Antiseptique +++
  • « OxygĂ©nante » (après oxonification) ++++
  • Stimulante

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

HE Souchet

Indications (VT +) :

  • Insuffisance digestive, diarrhĂ©es ++

Contre-indications : En cours d’étude (neurotoxique, abortive)

.

[wptab name=’Description’]Famille des CypĂ©racĂ©es

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisĂ©es : Racine

  • Sesquiterpènes : cypĂ©rène (15%), rotundène (5%)
  • Sesquiternols : patchoulanol (2%)
  • SesquiterpĂ©nones : rotundone (5 %), isopatchoul-4(5)-en-3-one (16 %), patchoulĂ©none (8 %)

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • DĂ©congestionnante +
  • Tonique digestive ++

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

HE Eucalyptus globuleux

Indications (VT +) :

  • Amygdalite ++, rhinopharyngite +++, laryngite, grippe ++, otite sinusite +, bronchite +++, bronchite asthmatiforme, bronchopneumonie
  • AdĂ©nites d’origine infectieuse +
  • Dermite bactĂ©rienne ++, dermite candidosique +++

Contre-indications : Bébé.

[wptab name=’Description’]Famille MyrtacĂ©es

Parfum : camphré, boisé
Action énergétique : yin
Planète dominante : Saturne
[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisĂ©es : Feuilles

  • Monoterpènes : (+)-alpha-pinène (10-12%), beta-pinène (0,1%)
  • Sesquiterpènes : (+) – aromadendrène (1,7%), delta-guaĂŻazulène
  • Alcools aliph. et monoterp. : (-)-trans-pinocarvĂ©ol (0,2%)
  • SesquiterpĂ©nols : (-)-globulol (5,9-6,3%), lĂ©dol (1,5 – 1,9%)
  • MonoterpĂ©nones : (-)-pinocarvone, carvone (0,1%)
  • Oxydes terp. : 1,8-cinĂ©ole (70-75 %)
  • AldĂ©hydes : butyrald., valĂ©rad.,Caproald

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Positivante
  • Anti catarrhale, expectorante +++, mucolytique +
  • Antimicrobienne, antibactĂ©rienne (staph. d. +++, sauf orig. UrogĂ©n., kleb.), antifongique (cand. ++), antivirale, antiseptique

[/wptab]
[wptab name=’Soins’]

Animaux

Il Ă©loigne les insectes et les parasites du pelage des animaux.

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

Joubarbe (grande)

Cazin l’a utilisée comme astringente dans les cas de dysenterie, mais vantait aussi ses qualités antispasmodiques. Reschel la préconisait dans les affections nerveuses résultant de troubles fonctionnels ayant leur siège dans l’utérus.

Elle n’est plus que très rarement utilisée pour l’usage interne. Par contre, elle est très délicieuse pour l’usage externe. Le suc, remède éprouvé contre les cors, justifie bien le nom populaire de la plante, puisque deux ou trois applications suffisent. Les feuilles fraîches broyées sont renommées contre les hémorroïdes, les brûlures, les tumeurs ganglionnaires. La pommade à base de suc fait merveille contre les dartres et les maladies de peau en général.

D’autres espèces de Joubarbe ont aussi des vertus médicinales.

La Joubarbe des vignes (Sedum telephium) est le plus souvent appelée Orpin. C’est une petite plante vivace, aux tiges et feuilles charnues comme une plante grasse, aux fleurs jaunes, et qui croît dans les lieux incultes. On conserve les feuilles dans l’huile dans certaines régions, sous le nom d’Orpin confit : cette macération est un remède populaire contre les coupures, les hémorroïdes, les cors.
La Joubarbe rose (Sedum rhodiola) est une plante des hautes montagnes, à odeur de rose, qu’on utilisait jadis contre les maux de tête et comme astringent.
La Joubarbe âcre (Sedum acer) porte beaucoup de noms populaires : Orpin brûlant, Poivre des murailles, Petite Joubarbe, Pain d’oiseau, et Vermiculaire à cause de ses racines fines et menues.
Elle a, comme les autres Joubarbes, l’aspect d’une plante grasse, une tige peu élevée, des feuilles charnues.
Ses petites fleurs en épi sont jaune d’or. On l’a employée jadis comme émétique et antiépileptique, et en applications sur les gencives atteintes de scorbut. On l’utilise encore parfois en Allemagne en cataplasmes de feuilles pilées sur les articulations déformées par l’arthrite.

[wptab name=’Description’]Famille des CrassulacĂ©es

On l’appelle encore Joubarbe des toits, Artichaut sauvage, Herbe aux cors.

Plante vivace, qui croît sur les toits de chaume, les vieux murs de ferme et les ruines, la Joubarbe jeune ressemble à une tête d’Artichaut.[/wptab]

[wptab name=’Utilisation’]Interne

Infusion. 10 à 15 g de feuilles par litre d’eau. Prendre 4 tasses par jour. Mais on utilise le plus souvent le suc de la plante fraîchement exprimé, dont on prend une demi-cuillerée à café à la fois dans un peu d’eau sucrée, 3 ou 4 fois par jour.

Externe

On applique le suc 2 fois par jour sur les cors.
Cataplasmes de feuilles broyées que l’on renouvelle 2 fois par jour.
Pommade. Mélanger, à feu très doux, 100 g de suc frais, 100 g de saindoux, 100 g d’huile d’amandes douces. Lorsque l’ensemble est liquéfié et amalgamé, battre au fouet jusqu’à refroidissement complet.

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • Astringente
  • Antispasmodique

[/wptab]
[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

HE Buchu ou bucco

.

Indications (VT +) :

  • Insuffisance urinaire, lithiase rĂ©nale ++
  • Bronchite asthmatiforme +++

Contre-indications : Bébé, enfant, grossesse (neurotoxique, abortive)

.

[wptab name=’Description’]Famille des RutacĂ©es

Le buchu ou bucco est un petit arbuste originaire d’Afrique du Sud.

[/wptab]
[wptab name=’Composition’]Parties utilisĂ©es : Feuilles

  • CĂ©to-alcools (>12%) : diosphĂ©nol (12 – 30 %)
  • CĂ©tones monoterp. (> 60 %) : (+)- menthone (9 %), (-)- isomenthone (35 %)
  • CĂ©tones sulfurĂ©es

[/wptab]
[wptab name=’PropriĂ©tĂ©s’]

  • NĂ©gativante

A faibles doses :

  • stimulante +, stomachique ++

A doses plus élevées :

  • Anticatarrhale +++, mucolytique +++
  • Anti-inflammatoire +
  • DiurĂ©tique

[/wptab]

[end_wptabset skin=”pepper_grinder” location=”top” width=”400 px” onhover=”1″ ]

1 2 3 45