Magnétiseur Naturopathe
Get Adobe Flash player

GuĂ©rir…


billionphotos-1198973_largeLe processus de guĂ©rison…

La maladie est la dĂ©gradation d’un ensemble de facteurs :

  • Le dĂ©sĂ©quilibre part d’une zone ou d’un organe, puis s’Ă©tend aux zones adjacentes dans la mesure oĂą le fonctionnement partiel ou dĂ©fectueux a des consĂ©quences colatĂ©rales : circulatoire, lymphatique, hormonale, nerveux…

Les causes de ce déséquilibre agissent concomitamment :

  • Des chocs Ă©motionnels de la sphère familiale, amicale, professionnelle
  • L’alimentation et plus gĂ©nĂ©ralement l’hygiène de vie
  • Les modes de pensĂ©e, les poisons tels que la haine, la rancune, la jalousie, l’aviditĂ©, la colère, l’ignorance…
  • L’hĂ©rĂ©ditĂ© jouant le rĂ´le de terrain favorable ou malheureusement d’handicap
  • L’environnement, les pollutions…

La mĂ©decine moderne a une puissance de frappe phĂ©nomĂ©nale – Les progrès scientifiques forcent l’admiration et sont une vĂ©ritable bĂ©nĂ©diction pour l’humanitĂ©.

Certaines maladies font de la résistance et défient les connaissances scientifiques.

Le processus de guérison est alors long et nécessite parfois un ensemble de changements :

  •  Soutenir le physique :
    • Adopter une alimentation adĂ©quate
    • S’aider de la phytothĂ©rapie, de l’aromathĂ©rapie
  • Soutenir l’Ă©motionnel (ce qu’il y a de plus dur Ă  faire)
    • Bannir le nĂ©gativisme
    • Favoriser l’optimisme
  • Soutenir le mental :
    • S’aĂ©rer l’esprit : faire de la gymnastique douce, de l’aquagym
    • Re-dĂ©couvrir la nature

En tant que thĂ©rapeutes, nous n’avons pas de baguette magique.
Un long processus de détérioration des fonctionnalités biologiques pour en arriver à une certaine maladie ou déséquilibre psychologique nécessite un long bouleversement en vous-même.

La vie de ce sage SWAMI SIVANANDA illustre bien cette constatation : MĂ©decin de formation, il soignait beaucoup de patients jusqu’au jour il abandonna sa mission pour devenir sage hindou parce qu’il Ă©tait persuadĂ© que cela ne servait Ă  rien de soigner le corps pour combattre une maladie mais qu’il fallait mieux changer les modes de pensĂ©e, modes de vie pour rĂ©soudre les problèmes de santĂ© du corps, qui en Ă©taient la consĂ©quence.


Le magnétisme peut aider, ainsi que tous les conseils que nous essayons de vous transmettre.
Notre action peut s’avĂ©rer complĂ©mentaire Ă  la mĂ©decine et certains hĂ´pitaux (y compris dans le monde) y recourent officiellement…

Le processus d’amour et de compassion que l’on vous envoie par l’acte du magnĂ©tisme vous saura d’autant plus bĂ©nĂ©fique que vous le recevrez comme un cadeau que vous fait l’invisible sur le chemin de votre Ă©volution. Ce serait le plus merveilleux des bienfaits que vous vous feriez Ă  vous-mĂŞme, d’ailleurs.

Voici les observations que nous sommes “obligĂ©s” de constater, tellement cela s’impose Ă  nous en tant que nettoyeur de l’aura et manipulateur des Ă©nergies qui y circule :

  • La maladie est bien souvent une Ă©preuve mise sur notre chemin, en vue de notre Ă©volution : la remise en doute de notre ĂŞtre est tellement profonde, notre dĂ©sespĂ©rance nous oblige Ă  trouver des rĂ©ponses au-delĂ  des apparences…
  • Opère un lent processus (soit issu de l’enfance, soit des turpitudes de la vie, soit parfois de vie antĂ©rieure) d’accumulation dans l’aura de pensĂ©es/Ă©motions nĂ©gatives ou souffrances, qui finissent par bloquer la circulation des Ă©nergies qui nous arrivent de la terre et du “cosmos”
  • Il y a un lien net entre le choix du vĂ©hicule / notre corps (comprenant les dĂ©faillances/ faiblesses physiques venant gĂ©nĂ©tiquement de nos parents, le type d’enfance Ă  vivre et donc le type de vie Ă  vivre qui s’impose Ă  nous temporairement ou dĂ©finitivement si nous ne sortons pas la tĂŞte de l’eau) et les desseins de l’âme
    • En tant qu’occidentaux, nous avons un idĂ©al de vie Ă  atteindre : une rĂ©ussite familiale, professionnelle, sociale… La valeur d’un individu se mesure en fonction du milieu socio-culturel et professionnel dont on est le fruit…
    • Or l’âme n’a aucune considĂ©ration pour ses impĂ©ratifs temporels et arbitraires
  • L’âme choisit, Ă  dessein, un vĂ©hicule physique pour contraindre notre personnalitĂ© (qui n’est pas une entitĂ©, comme on pourrait le croire, mais un flot dynamique d’expĂ©riences, une succession d’instants de conscience, dont les motivations profondes sont conditionnĂ©es par ce dont on est issu) Ă  aller vers un type d’expĂ©riences prĂ©cises, vers la remise en question nĂ©cessaire pour dĂ©couvrir notre vraie nature
    • Le corps “choisi” a ses propres limites, qui, si elles sont dĂ©passĂ©es par une vie inappropriĂ©e (et surtout des habitudes Ă©motionnelles ou mentales nĂ©fastes) au dessein impĂ©rieux de l’âme, provoquent une usure prĂ©coce des organes prĂ©sentant gĂ©nĂ©tiquement des faiblesses et donc la maladie
    • L’esprit d’un occidental est largement tournĂ© vers l’extĂ©rieur, la maĂ®trise et la connaissance de la matière sous toutes ses formes du plus petit (nanotechnologie) au plus large (astronomie et conquĂŞte de l’espace) – Notre existence se fonde uniquement sur l’expĂ©rimentation de la matière, au point de nous en rendre prisonnier par : l’aviditĂ©, la jalousie, l’attachement, la malveillance, l’arrogance et finalement l’ignorance profonde de qui nous sommes – Tout ce que les bouddhistes appellent les “poisons mentaux”.
  • C’est l’âme qui impose son “timing” – En tant que thĂ©rapeutes, nous sommes justes les tĂ©moins de ce timing :
    •  Il se peut qu’un individu n’ait jamais Ă  se remettre en question parce que le dessein de son âme est de rĂ©ussir et de tenir un rĂ´le dont la SociĂ©tĂ© a besoin pour assurer son bon fonctionnement
    • Nous pouvons ĂŞtre juste lĂ  pour remettre l’individu sur les rails de son destin afin qu’il continue d’accomplir son rĂ´le et d’expĂ©rimenter les aspects de ce que sa vie lui offre
    • Via les ondes dĂ©gagĂ©es par votre corps (et au travers duquel s’exprime votre âme), nous mesurons les souffrances excessives que vous imposez Ă  ce vĂ©hicule si prĂ©cieux – Nous sommes lĂ  pour vous faire dĂ©couvrir son mode de fonctionnement et l’harmonie vers laquelle il faudrait tendre.