Magnétiseur Naturopathe
Get Adobe Flash player

Aromathérapie

Insomnie, infections, rhume des foins, anxiĂ©tĂ©, problèmes de peau… les indications de l’aromathĂ©rapie sont nombreuses. Branche de la phytothĂ©rapie, cette mĂ©thode repose sur l’utilisation d’huiles essentielles.

L’aromathĂ©rapie est connue depuis des millĂ©naires. DĂ©crites prĂ©cĂ©demment sous le nom d’essence ou d’essence aromatique, ce n’est qu’en 1972 que l’appellation “huiles essentielles” de plantes aromatiques est retenue.

Un procédé coûteux

Loin des utilisations sĂ©culaires dĂ©crites par les Egyptiens dans l’embaumement des momies plusieurs siècles avant notre ère, l’utilisation des essences a Ă©tĂ© perfectionnĂ©e en mĂŞme temps que la chimie moderne. Le terme “aromathĂ©rapie” a Ă©tĂ© inventĂ© par un ingĂ©nieur-chimiste lyonnais RenĂ©-Maurice GattefossĂ© en 1928. DĂ©jĂ  Ă  cette Ă©poque, le dĂ©bat entre les partisans d’une pharmacopĂ©e classique et les adeptes de produits naturels battait son plein, tout comme lors de la publication du livre “AromathĂ©rapie ? Traitement des maladies par les essences de plantes” par le Dr Jean Valnet en 1964.

Les huiles essentielles sont extraites de plantes par distillation Ă  la vapeur. Elles ne contiennent pas de corps gras contrairement aux huiles vĂ©gĂ©tales et ne tachent donc pas le papier en sĂ©chant (petit truc pour bien les choisir). L’huile essentielle est obtenue par la distillation de la plante Ă  la vapeur d’eau en alambic. La vapeur d’eau passe Ă  travers le tissu vĂ©gĂ©tal. Les cellules contenant l’huile essentielle Ă©clatent et le mĂ©lange vapeur-huile essentielle est ensuite sĂ©parĂ© dans un condenseur. Lorsque les huiles sont prĂ©sentes en grande quantitĂ©, un pressage Ă  froid des Ă©corces et des zestes (d’agrumes par exemples) sont comprimĂ© et les huiles essentielles rĂ©coltĂ©es très simplement. Les substances aromatiques et volatiles des huiles sont composĂ©es de diffĂ©rentes molĂ©cules (hydrocarbures, dont des terpènes et des molĂ©cules oxygĂ©nĂ©es). Solubles dans l’huile et l’alcool, ces produits ne le sont pas dans l’eau. Les prix Ă©levĂ©s de ces produits s’expliquent en partie par la grande quantitĂ© nĂ©cessaire de plantes pour les obtenir. Pour un litre d’essence de rose, il faut ainsi 5 tonnes de pĂ©tales.

Les divers modes d’utilisation de l’Aromathérapie

On compte plus de 400 essences issues de vĂ©gĂ©taux ou de partie de vĂ©gĂ©taux. Mais en pratique, seule une quarantaine d’huiles essentielles sont utilisĂ©e en aromathĂ©rapie. Les diffĂ©rents modes d’utilisation les plus courants sont :

  • Par voie orale : Cette utilisation est la plus courante, mais elle n’est pas recommandĂ©e sans avis mĂ©dical. Certaines huiles essentielles ont une toxicitĂ© aiguĂ«, ainsi l’automĂ©dication n’est pas conseillĂ©e ;
  • Par voie rectale : Des suppositoires peuvent ĂŞtre utilisĂ©s pour certaines infections broncho-pulmonaires. AbsorbĂ©s au niveau du système veineux hĂ©morroĂŻdaire, ces composĂ©s Ă©vitent ainsi de passer par le foie ;
  • En massage : Le principe actif d’une huile essentielle est mĂ©langĂ© Ă  des huiles inertes comme l’huile d’amande douce ou de jojoba. En massage, ces composĂ©s pĂ©nètrent alors Ă  travers la peau. Ce mode de d’administration est le mĂŞme qu’en allopathie (mĂ©decine traditionnelle). Attention, certains produits actifs peuvent entraĂ®ner des irritations ou des allergies sur certains Ă©pidermes ;
  • En diffusion atmosphĂ©rique : Des diffuseurs d’ambiance permettent une vaporisation des produits actifs. Par fumigation, inhalations, diffuseur Ă©lectrique ou lampe Ă  brĂ»ler, les principes actifs pĂ©nètrent au niveau des bronches et rejoignent la circulation sanguine.

Attention aux prĂ©cautions d’usage !

A ce jour, aucune preuve scientifique n’a permis de prouver l’efficacitĂ© dans le cadre d’essai thĂ©rapeutique standardisĂ©. Aussi, il n’est jamais question de remplacer les mĂ©dicaments par des huiles essentielles. Attention, Ă  de fortes doses, les huiles essentielles peuvent entraĂ®ner des intoxications. Selon les aromathĂ©rapeutes, les doses ne doivent gĂ©nĂ©ralement pas dĂ©passer 20 gouttes pour l’ensemble de la cure, mais comme d’autres mĂ©decines douces la prescription dĂ©pend du terrain (caractĂ©ristiques propres Ă  chaque individu). Ainsi, certaines personnes pourront prĂ©senter des rĂ©actions indĂ©sirables allant des convulsions aux dĂ©mangeaisons. Ces produits sont ainsi strictement dĂ©conseillĂ©s pour les femmes enceintes et ne s’utilisent jamais pures. Sachez Ă©galement que certaines huiles (d’agrumes notamment) peuvent ĂŞtre photosensibilisantes.

Ces composĂ©s très volatiles doivent ĂŞtre mis hors de portĂ©e des enfants. Si le bouchon est bien fermĂ©, elles pourront ĂŞtre conservĂ©es plusieurs mois ou plusieurs annĂ©es sous peine de voir les arĂ´mes s’Ă©chapper.

MĂŞme s’il s’agit-lĂ  d’une mĂ©decine naturelle. L’aromathĂ©rapie n’en comporte pas moins des effets secondaires. Alors ne faites pas trop vite rimer naturel et inoffensif, les huiles essentiels sont des produits très concentrĂ©s et la prudence s’impose.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *